"Poétique des ruines" : la nouvelle exposition du Musée Fabre


Publié le 10/04/2017
Giovanni Paolo Pannini, Ruines antiques, 1733, Montpellier, musée Fabre.

A partir du 18 avril, et jusqu'au 27 août, le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole propose un nouvel accrochage intitulé "Poétique des ruines".

Réalisé au coeur des collections permanentes du musée, il dévoile tout le mystère construit autour des ruines, qui n'ont eu de cesse de nourrir l'imaginaire des artistes comme des poètes. Le parcours s'articule autour de six sections chronologiques, depuis la Renaissance jusqu'à l'art contemporain.

Pour enrichir le parcours, un livret de visite, remis gratuitement au public, propose une petite anthologie de grands textes littéraires abordant le thème de la ruine (Joachim du Bellay, Denis Diderot, François-René de Chateaubriand, etc.).

55 oeuvres exposées, des tableaux les plus célèbres jusqu'aux fonds les plus rares

Le parcours est construit selon un ordre chronologique, depuis la Renaissance jusqu'à l'art contemporain, et valorise sous un jour nouveau des œuvres des artistes les plus connus des collections, de Sébastien Bourdon à Gustave Courbet.

Les œuvres du XIXe siècle présentent en particulier l'image de l'ancien Montpellier et de sa région, à l'époque où commence à naître la curiosité pour le patrimoine et les monuments locaux.

Certaines œuvres, restaurées ces derniers mois, sont présentées au public pour la première fois depuis des décennies.

L'œuvre de l'artiste contemporain Parmiggiani Sculpture d'ombre, seule vestige de l'embrasement contrôlé de l'ancienne bibliothèque, réalisée en 2002 et non exposée depuis, vient clore le parcours de visite.

Enfin, les fonds d'autres institutions de Montpellier Méditerranée Métropole sont valorisés à l'occasion de cette exposition : vestiges archéologiques du site archéologique Lattara - Musée Henri Prades ou livres anciens et précieux de la Médiathèque Emile Zola, dans un esprit de mutualisation. L'université de Montpellier, la Société Archéologique de Montpellier et la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras prêtent également des œuvres. Au total, 55 œuvres sont présentées au public, dont une vingtaine de dessins.

Gustave Courbet, Le Pont d’Ambrussum, 1857, Montpellier, musée Fabre.

L'accrochage, un focus temporaire pour valoriser les collections

Cet accrochage Poétique des ruines s'inscrit dans un esprit de valorisation des collections, mettant en lumière la politique d'investissement de Montpellier Méditerranée Métropole sur le long terme.

Grâce aux acquisitions et aux restaurations, le musée peut proposer des focus temporaires sur des sujets forts, monographiques ou thématiques.

Ces expositions permettent de mêler des œuvres méconnues conservées dans les réserves du musée ou au cabinet d'arts graphiques, avec d'autres œuvres plus célèbres, qu'un nouvel accrochage peut éclairer d'un jour nouveau.

Commissariat de l'exposition

Commissariat général : Michel Hilaire, Conservateur général du patrimoine, Directeur du musée Fabre
Commissaire : Pierre Stépanoff, Conservateur du patrimoine, Responsable des collections du XVIe au milieu du XIXe siècle, musée Fabre

Conférences

Deux conférences sur l'exposition Poétique des ruines sont programmées à l'auditorium du musée Fabre, le jeudi 4 mai et le mercredi 31 mai à 18h30.

Informations pratiques

Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole
39, boulevard Bonne Nouvelle - Montpellier
www.museefabre.fr

Partager ce contenu