Extinction de l'éclairage public sur les grands axes de la métropole : une opération renforcée suite au succès de la première étape d'expérimentation

Partager ce contenu


Publié le 22/04/2022

Afin de lutter contre la pollution lumineuse qui a augmenté de 30% ces 20 dernières années, la Métropole de Montpellier met en place un Plan Lumière pour optimiser l'éclairage public : éclairer, oui, mais où il faut, quand il faut.

À travers ce Plan Lumière, initié en collaboration avec la population, les associations, le monde scientifique et économique, la Métropole de Montpellier souhaite donc actionner tous les leviers possibles pour accélérer sa transition écologique et faire figure de métropole exemplaire face à l’urgence climatique. Ce choix est aussi un engagement pour une gestion budgétaire responsable, en permettant de faire des économies d’énergie et d’argent public.

Dans ce cadre, une expérimentation inédite a été lancée le 25 octobre 2021, avec l'extinction en cours de nuit de l'éclairage public sur des axes routiers de la Métropole pendant 6 mois. À l'issue de cette première phase et du bilan concluant qui en est ressorti, la seconde étape sera mise en œuvre le 25 avril prochain, avec l'extinction durant toute la nuit de l'éclairage public sur ces mêmes axes.

Un bilan concluant pour la première phase

Le lundi 25 octobre 2021, une première phase expérimentale a été lancée, consistant à une extinction nocturne partielle - en milieu de nuit entre 23h00 et 05h00 - sur 5 axes routiers de Montpellier (dont 3 se prolongent vers des communes limitrophes) :

À Montpellier :

  • avenue de Grammont : section entre le rond-point du zénith et le carrefour Albert Einstein
  • avenue Pierre Mendès-France : trémie sous le rond-Point du Zénith + section courante jusqu’au rond-point Evariste Galois
  • avenue Vincent Auriol : section courante depuis l’entrée de ville côté Montferrier-sur-Lez jusqu’au rond-point à l'intersection avec la rue des 4 Vents
  • avenue Pablo Neruda / Liberté / Echangeur SPAAK : avenue Pablo Neruda/Liberté dans sa section courante depuis le rond-point avec Professeur Blayac jusqu’au carrefour Willy Brandt, ainsi que les voies de l’échangeur Willy Brandt
  • avenue de la Recambale : dans sa section courante depuis la fin de l’échangeur avec l’avenue de la Liberté jusqu’aux cuisines centrales

Sur les communes limitrophes :

  • boulevard Philippe Lamour (Castelnau-le-lez)
  • RD65E1 (Castelnau-le-Lez)
  • RD65 (Clapiers + Montferrier- Sur-Lez)

Cette première phase d’expérimentation aura duré 6 mois et touche désormais à sa fin. De cette étape initiale d'extinction partielle nocturne a été tiré un bilan positif :

  • Diminution de la pollution lumineuse
  • Préservation de la biodiversité et de la santé humaine
  • Économies d’énergie
  • Baisse de la vitesse observée, notamment sur l’avenue Pablo Neruda
  • Pas d’évolution de l’accidentalité

Une extinction totale de l'Éclairage public dès le 25 avril

Faisant suite à ces conclusions, la seconde phase de cette expérimentation va débuter à compter du 25 avril 2022, avec une extinction totale de ces mêmes axes routiers durant la nuit. Cette expérimentation durera également au minimum 6 mois avant d’en tirer les enseignements définitifs.

Grâce à cette seconde phase, 396 000 KWh d'économies annuelles pour l'environnement sont attendues, soit 47 500 € économisés/an pour le contribuable.

Une accidentalité plus élevée en journée et sur des axes éclairés la nuit

Selon une étude statistique menée par le Ministère de l’Intérieur, l’essentiel des accidents de la circulation se produisent en journée (près de 90%) et il y a deux fois moins d’accidents nocturnes sur les voiries non éclairées que sur les voiries éclairées.