RESTAURATION DE LA PROMENADE DU PEYROU : LES TRAVAUX DEBUTERONT FIN MARS


Publié le 26/02/2019

Les travaux à venir dans le cadre du programme pluriannuel pour la restauration de la promenade du Peyrou ont été présenté le mardi 26 février 2019 pour un investissement de la Ville de Montpellier et de Montpellier Méditerranée Métropole estimé à environ 2.5 M€.

"En raison des outrages du temps visibles sur l'ensemble des architectures composant la promenade du Peyrou nous poursuivons de nombreux travaux qui débuteront à compter de fin mars. Ces travaux n'entraveront pas les animations organisées au cœur de la promenade du Peyrou et seront réalisés par phases, à partir de fin mars. L'ouverture au public de la Place royale du Peyrou sera maintenue tout le long du chantier. Cet ensemble monumental du Peyrou est classé au titre des monuments historiques et constitue l'un des sites emblématiques de Montpellier et sa Métropole, nous sommes garants de sa préservation." Philippe SAUREL, Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole.

LA PLACE ROYALE DU PEYROU
La promenade du Peyrou, également appelée Place royale du Peyrou est construite hors de l'enceinte médiévale du centre historique et offre un ensemble monumental de près de 5 ha (classée au titre des monuments historiques le 18 août 1954 pour son intérêt national), composé de plusieurs œuvres architecturales (terrasses, porte avec pont, rampes d'accès et corps de garde, statue de Louis XIV, grilles d'entrée, aqueduc Saint Clément et son réservoir, « le temple des eaux »). Ce lieu emblématique, érigé au cours des XVIIème et XVIIIème siècles par des architectes de renom (Augustin-Charles d'Aviler, Jean-Antoine Giral et Jacques Donnat) est connu pour son belvédère offrant des vues sur les Cévennes et sur la mer.

Perspective de la Place royale du Peyrou de Montpellier J.-P. Nougaret, après 1774, eau forte

Entre 1689 et 1690 une promenade est aménagée sur la colline du Puy Arquinel. Augustin-Charles d'Aviler se voit confier en 1692 l'édification d'une porte monumentale, véritable point de départ d'une composition architecturale et urbaine remarquable reliant la promenade et la ville. Après l'érection de la statue équestre en 1718, le belvédère devient place royale et participe au programme national de glorification du Roi. Fait très exceptionnel, la place préserve le magnifique panorama sur la campagne environnante. S'inspirant de la place Louis XV de Paris, Jean-Antoine Giral en conçoit la composition. Au XIXe siècle, des plantations modifient le caractère de la place qui fait aujourd'hui l'objet d'un programme de restauration de grande ampleur.

UNE SERVITUDE D'URBANISME PROTEGEANT LES VUES

En 1710 les consuls se plaignent auprès de l'Intendant : l'interdiction de construire autour de la place n'a pas été respectée par un particulier. Cette règle est une mesure de protection d'un panorama urbain unique en France. Par deux arrêts de 1775 et 1779, Louis XVI institue une servitude « non altius tollendi ». Toute nouvelle construction ne peut dépasser la cote des garde-corps des promenades basses afin de « leur préserver tout l'agrément et l'ornement dont elles sont susceptibles », règle toujours en vigueur dans l'actuel plan local d'urbanisme de la ville.

PROGRAMME DE TRAVAUX DE RESTAURATION ENSEMBLE MONUMENTAL DU PEYROU

  1. 1 - RESTAURATION DES CORPS DE GARDE

La restauration des deux corps de garde nord et sud, petits pavillons situés sur les rampes d'accès au site du Peyrou, intervient dans la continuité de la restauration du pont Vialleton réalisée en lien avec la ligne 4 de tramway.

Les travaux prévoient : le nettoyage de l'ensemble des parements et la reprise ponctuelle des sculptures ainsi que la restauration des menuiseries extérieures en bois
(portes, fenêtres et volets du XVIIIème et XIXème siècles).

LES ACTEURS DU CHANTIER
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Montpellier – Mission Grand Cœur.
Maîtrise d'œuvre : RL & A
(Architectes des Monuments Historiques).
Entreprises :
Lot n°1 Maçonnerie et pierre de taille : SELE- ETI Couverture – GSD échafaudage
Lot n°2 Sculpture : Atelier Jean-Loup BOUVIER
Lot n°3 Menuiserie : Atelier DRUILHET FLAVIN

Calendrier :
Mars 2019 : Préparation de chantier
Avril 2019 : Démarrage des travaux
Septembre 2019 : Réception des travaux

  • 2- REFECTION DES SOLS DE LA PLACE ROYALE DU PEYROU

Le projet porte sur la réfection de l'ensemble des sols de la partie haute de la Place
à l'exception de sa partie centrale (où se situe la statue de Louis XIV) ayant déjà fait l'objet d'une réfection en 2008.
Pendant toute la durée des travaux l'entrée au public sera maintenue.

A la suite de la réfection de la partie centrale une réflexion a été menée avec la Conservation régionale des monuments historiques afin de trouver un revêtement de sol qui réponde aux contraintes suivantes :
Présenter un aspect naturel en accord avec le monument historique

Eviter le dégagement de poussières lors d'épisodes venteux sur ce site très exposé,

Assurer une portance suffisante afin de permettre l'accès occasionnel de véhicules sur le site (« Dimanches du Peyrou » et autres événements, véhicules d'entretien...),

Plusieurs échantillons de sols ont été réalisés et le choix s'est arrêté sur un revêtement à base de sable et de granulats naturels locaux (Pic Saint Loup) tenu par un liant végétal.
Le projet prévoit également la réfection des caniveaux en calade, des tours d'arbres et des bancs en pierre, la reprise des emmarchements endommagés.

Une étude phytosanitaire a été réalisée et a précisé les précautions à prendre afin d’assurer la protection des racines des arbres.

LES ACTEURS DU CHANTIER
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Montpellier – Mission Grand Cœur.

Maîtrise d'œuvre : 1090 Architecture - J-D Schauer, architecte du Patrimoine

  1. 3 - RÉPARATION DE LA GRILLE DE LA PLACE ROYALE

La grille a été endommagée lors d'un accident de circulation, le 15 décembre 2018.
Une clôture provisoire a été installée dans l'attente des travaux de restauration de la grille qui ne pourront intervenir que quand les expertises des assurances auront abouti.
Un architecte du patrimoine suivra ces travaux de réparation en accord avec la Conservation régionale des monuments historiques.

Grille d'entrée Est : état le jour de l'accident en 2018

LES ACTEURS DU CHANTIER
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Montpellier

LES GRILLES D'ENTREE : UN RETOUR A LA COULEUR D'ORIGINE

Les grilles ont été restaurées en 2008. La teinte verte d'origine, retrouvée sous 11 couches de peinture et composée d'argiles ferrugineuses, d'oxydes de fer rouge, de blanc de plomb et de sulfate de baryum a été restituée. Les fers de lance et les décors des pilastres ont été réalisés à la feuille d'or.

  1. 4 – MISE EN LUMIERE DE LA STATUE DE LOUIS XIV

Le projet porte sur la mise en valeur de la statue en l'éclairant tout en limitant l'impact lumineux sur le socle : mise en place de deux projecteurs à optique très intensive de couleur blanche éclairant uniquement la face avant, créant ainsi un effet de mouvement.

Photo réalisée lors des essais en octobre 2018

LOUIS XIV EN EMPEREUR ROMAIN

Jules Hardouin Mansart dessine la statue équestre du Roi et supervise à Paris son exécution. Robert de Cotte en conçoit le socle. La statue est terminée en 1715. L'intendant Basville propose de la placer au Peyrou. C'est un tollé général : la statue royale se trouverait hors la ville, dans un paysage ouvert, sans architecture pour la mettre en valeur. Malgré plusieurs projets d'aménagement soumis à l'intendance, la statue est inaugurée dans un environnement encore peu ordonnancé. La statue, érigée au centre de la promenade est fondue en 1792. Celle du sculpteur Debay, de moindre importance, la remplace en août 1838.

LES ACTEURS DU CHANTIER
Maîtrise d'ouvrage : Ville de Montpellier
Maîtrise d'œuvre : Montpellier Méditerranée Métropole



  1. 5 – RÉFECTION DE LA CHAUSSÉE DE L'AVANT PLACE (HORS PROGRAMME PLURIANNUEL DE RESTAURATION)

L'avant-place royale et les places d'Aviler et Giral ont été réalisées en pierre calcaire de Pompignan au 1er semestre 2016. Quelques mois après la livraison et à la mise en service, des phénomènes de glissance sont apparus lors d'évènements pluvieux. En attendant, en mesure conservatoire, un revêtement en résine a été appliqué sur la chaussée.

Une procédure contentieuse est en cours :
Compte tenu de ces problèmes de glissance la Métropole et TaM ont engagé une procédure de référé expertise fin octobre 2017 à l'encontre des maîtres d'œuvre et entreprises.
En parallèle, la Métropole et TaM ont a été autorisées à prendre des mesures conservatoires via la pose d'un revêtement en résine, après divers essais non concluants de traitement de la pierre en place (flammage, bouchardage...)
Il ressort des 1ères analyses des pierres que les caractéristiques de glissance et d'usure de la fiche technique ne tiennent pas à l'usage.

BUDGET GLOBAL ESTIMÉ POUR LA RESTAURATION DE LA PLACE ROYALE DU PEYROU


Partager ce contenu