Zéro Phyto



Depuis le 1er janvier 2017, la loi interdit l'utilisation des produits phytosanitaires chimiques pour l'ensemble des structures publiques.

Pionnière dans la gestion de la biodiversité, la Ville de Montpellier s'est engagée depuis 2006 dans une démarche "Zéro Phyto" pour l'entretien de ses espaces verts et naturels, afin de protéger la santé et l'environnement. Cet engagement zéro phyto est désormais
étendu aux communes de la Métropole.

Dans le cadre de la démarche portée par Montpellier Méditerranée Métorpole pour lutter contre la pollution de l'eau par les pesticides sur les secteurs sensibles, quatre communes (Saint Drézéry, Sussargues, Saint Genies des Mourgues et Montaud) finalisent leurs Plans d'Amélioration des Pratiques Phytosanitaires et Horticoles (PAPPH) avec le Pôle Cadoule-Bérange. Une seconde vague de PAPPH sera réalisée sur les communes des pôles Plaine Ouest et Piémonts et Garrigues à partir de la rentrée.

Ces études permettent de donner une méthodologie aux communes et à la Métropole pour la mise en place perenne d'une gestion différenciée grâce à :

  • des préconisations adaptées en termes de méthodes d'entretien et d'aménagement,
  • un programme de formation et de sensibilisation des agents territoriaux et de la population,
  • un plan d'investissement en matériel alternatif à l'usage de produits phytosanitaires.

Aussi, 10 communes sont engagées dans la Charte Régionale "0 phyto dans nos villes et villages" pour valoriser leurs efforts, et deux communes sont labellisées "Terre Saine" (label national).

Pourquoi un entretien sans pesticide ?

C'est une démarche nature pour notre intérêt !

Pour notre santé et celle de tous les organismes vivants car la contamination par les pesticides se fait par inhalation et par contact avec la peau.

Pour la biodiversité car si les pesticides limitent la pousse et la repousse des herbes indésirables, ils éradiquent tous les végétaux y compris les plantations.
Ils sont également nuisibles à l'ensemble de la faune et de la flore des cimetières, réduisant drastiquement le nombre d'espèces végétales et animales nécessaires à un environnement sain (abeilles, insectes, escargots,...).

Pour l'environnement et les milieux aquatiques, car les produits pulvérisés sur les herbes se dispersent involontairement partout, réduisent la fertilité des sols et entraînent la pollution de l'eau en surface et dans les nappes souterraines.

Le paillage, pour protéger les sols et la ressource en eau

Les déchets verts, issus des tailles ou tontes sont recyclés sur site par broyage et réutilisés en paillage.

Ce dispositif permet de réduire les pollutions liées aux transports de matières végétales.

Les paillages sont bénéfiques à la vie du sol et indispensables à la croissance des végétaux.

Ils réduisent le recours à l'arrosage en limitant l'évaporation.

Les déchets verts qui ne sont pas recyclés sur site sont amenés à la station de compostage pour être valorisés.

Partager ce contenu